FAQAccueilRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
La guilde recrute uniquement par candidature sur le forum.
Pour plus de détails sur la période d'essai qui dure le temps du vote sur les candidatures cliquez ici


Qui sont les recruteurs : Cliquez ici
Quel est leur rôle ?


Système d'augmentation de l'xp guilde avec l'investissement sur le forum :
Cliquez ici


Guilde :
1xx membres. Level 103. Level 170 mini pour entrer.

-

Nouvelle adresse du forum : http://firesdofus.com
(L'ancienne adresse est toujours disponible, les deux renvoies sur le même forum)

Attention aux liens donnés dans les candidatures ! Une arnaque de phishing (faux lien dailymotion) tourne
en ce moment sur les forums de guildes. Ce lien demande l'installation d'un plugin qui n'est en réalité
qu'un moyen de vous pirater.


Partagez | 
 

 L'eniripsa solitaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kaneda
Bras droit
avatar

Nombre de messages : 1070
Age : 24
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: L'eniripsa solitaire   Lun 21 Avr - 21:24

((Voilà une petite histoire, euh je veux dire longue qui part à la base d'un eni: Moi. (Qui ne c'est pas fait hacker lol) et qui est en chêne mou. Et puis le reste faut lire, c'est comme une petit livre xD))


Chapitre I: Petite maison d'amakna

Un personnage de petite taille se trouvait assis devant une glace, il contemplait son reflet et trouva ses traits quelques peu fatigués. Lorsqu'il se leva on pu remarquer que l'individu faisait à peine un mètre et qu'il possédait une paire d'ailes grise, il n'était pas vieux mais ses cheveux étaient gris. Sa veste ouverte, elle aussi grise, laissait apparaitre un corps d'enfant, des bras d'une grande finesse, un ventre et un torse sans aucune formes. A première vu n'importe qui aurait cru de loin que cette personne était un enfant, pourtant on voyait sur l'expression de son visage que ce n'était pas le cas, c'était le visage d'un jeune homme très sérieux. Et n'importe qui vivant dans le monde des douze aurait remarqué ce qu'était cette individu, le seul possédant des ailes, mais ne pouvant malheureusement pas voler plus de trois secondes. Ce petit personnage faisait partit de la race des eniripsas, ces petits individus réputés pour avoir des dons de soigneur, si petits et si fin mais quasi intuable.
L'eniripsa se dirigea vers un coffre qui se trouvait à côté d'un lit qui à première vu devait bien faire le quadruple de la taille du petit personnage. Le coffre, lui, arrivait à la taille de l'eniripsa, lorsque celui ci l'ouvrit une lueur blanchâtre s'en échappa, indiquant que ce coffre était doté de magie, n'importe quel coffre de maison à notre époque était magique, ne serait ce que pour la sécurité mais aussi pour la place.

Savez vous comment marche un coffre dans le monde des douze ? Je vais vous expliquer:
Le propriétaire du coffre, ici c'est le petit individu nommé aussi eniripsa, doit tout d'abord lors de l'achat de sa maison mettre un code à son coffre, pour cela c'est simple, une fois propriétaire de la maison il acquis une partie de la "magie" de la demeure, en touchant le coffre et en pensant à un code ce code se mettra sur le coffre, comme sa les gens ne possédant pas les chiffres requis pour ouvrir cette grosse boite ne pourront pas l'ouvrir...
Ensuite, lorsque le coffre est ouvert il faut y plonger son bras, une image très net vous vient alors à l'esprit, c'est le contenu du coffre, il suffit alors de penser à l'objet que l'on veut prendre et retirer son bras du coffre, l'objet en question se trouvera alors dans votre main.
Mais ne croyais tout de même pas que les coffres ont une place illimité, comme n'importe quel objet creux ils ont une limite, bien que la magie leur permette de dépasser amplement la limite normal d'une boite.

Le petit individu plongea à plusieurs reprise son bras dans le coffre pour en faire ressortir divers équipements. Je passe sous silence le moments ou le petit eniripsa change d'habits et met ses équipements, car certaines femmes ont un penchant pour les eniripsas, et je ne voudrait pas les faire fantasmer.
Bref, une fois équipé le petit éniripsa avait l'air moins petits et moins... maigre. Une grande cape rouge était accrochée dans le dos de l'enirpsa, ou plutôt petite si on se met à la place d'un iop par exemple, au sommet de cette cape, dans le haut du dos de l'eni se trouvait un morceau de bois étrange, légèrement arrondi et doté de racines.
Comme couvre-chef le petit individu avait un chapeau lisse, arrondi et légèrement pointue sur le dessus, le sommet de ce chapeau était couleur bois, le contour était rouge. Mais le plus étrange dans cette coiffe c'était les morceaux de tissu blanc qui pendouillaient de la coiffe, formant un cercle autour de la tête. L'écart entre ces morceaux de tissus était toujours le même, environ cinq centimètres. Sur chaque bout de ce tissu blanc il y avait des inscriptions étranges d'une langue inconnu.
Je passe sous silence les différents détails sur le reste des équipements qui sont de toute évidence moins voyant que cette cape et cette coiffe.
Venons en à l'arme que tenait l'eniripsa dans sa main droite, c'était un morceau de bois avec de la paille, une matière rose servait de manche et d'embout, cela la rendait vraiment ridicule.

Une fois entièrement équipé l'individu referma le coffre et descendit les escaliers, il arriva dans une grande salle à manger, il y avait trois rangés de table, une horizontal et deux vertical partant des extrémités de la rangée horizontal. Dans la pièce il y avait également des fauteuils rouges, une horloge, une chaise et des tabourets.
Mais l'eniripsa ne resta pas longtemps dans cette pièce, aussitôt arrivé dans sa salle à manger il sortit de sa maison.

_________________


Dernière édition par Kaneda le Sam 15 Aoû - 19:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fires.forumonline.biz
Kaneda
Bras droit
avatar

Nombre de messages : 1070
Age : 24
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: L'eniripsa solitaire   Lun 21 Avr - 21:26

(( Attention scènes sanglantes.
Lors d'un combat les différent paragraphes servent à distinguer qui attaque.
Ne pleurez pas lorsqu'un personnage meurt cela pourrait mouiller la page xD ))



Chapitre II: La puissance de l'eniripsa

La maison de l'eniripsa se trouvait au château d'amakna, de l'extérieur on ne voyait rien d'autre qu'une façade de maison avec quelques fenêtres. Mais à l'intérieur la maison comportait deux étages et étaient assez grande comme on avait pu le constater lorsque le petit individu était encore à l'intérieur.

L'eniripsa tourna le dos à sa maison et se mit à courir, il arriva devant un pont traversant une rivière. Sur ce morceau de bois permettant de passer d'une rive à l'autre se trouvait trois personnes rigolant. A eux trois ils bloquaient l'accès au pont. Lorsqu'il virent l'eniripsa il cessèrent de rirent mais gardèrent un sourire malsain. Le petit individu avança vers eux, s'arrêta devant eux, les regardas dans les yeux et leur dit:
"- Partez de mon chemin s'il vous plait."
- A une condition... On veut la totalité de tes kamas !"
Les trois individus se mirent à rirent, l'un d'eux était vêtu de bois, il avait comme coiffe une vulgaire planche sur la tête et en guise de cape des morceaux d'écorces sur lesquels on pouvait même voir des champignons. Mais on remarquait à ses yeux sans pupilles et à sa carrure qu'il faisait partit de la race des iops. Le deuxième individu placé au milieu était vêtu des même habits, ou plutôt du même bois, mais à la différence du iop il était extrêmement poilue, aucun doute c'était un disciple sadida. Le troisième individu se trouvant tout à gauche avait l'air moins sûr de lui, mais ses habits paraissaient plus normaux que ceux de ses deux compagnons. Sa cape était bleu foncé orné de petites étoiles et sa coiffe était un chapeau bleu clair avec une plume blanche sur le dessus, ce couvre-chef était légèrement abimé, on pouvait y voir quelques entailles. Cette personne n'était ni un ecaflip ni un sadida, sinon il aurait eu une plus grande pilosité; ce n'était ni un eniripsa ni un xelor, il avait tout de même une taille raisonnable; il n'avait pas une tête de pandawa; il ne possédait pas les cornes d'un osamodas; il était bien trop jeune pour être un disciple enutrof; il n'avait pas le regard d'un fou furieux de sacrieur; il n'était pas assez squelettique pour être un disciple sram; c'était donc soit un crâ soit un feca. Selon l'eniripsa il y avait plus de chance que sa soit un feca, car il ne voyait pas d'endroits où il aurait pu cacher un arc.

L'eniripsa répondit aussitôt tout en restant calme:
"- Laissez moi passer.
"-Tu n'as qu'a essayé espèce de nabot ! Répondit le sadida. Soit tu nous donne tes kamas soit tu ne partiras pas d'ici vivant !"
Le petit individu sautilla plusieurs fois en l'air, ce qui produisit de nombreux phénomènes, des petits fleurs tournaient parfois autour de l'eni, des formes étranges se dessinaient en dessous de lui. Pour finir une lueur blanche envahit pendant un moment l'eniripsa, c'était plusieurs traits qui tournaient autour de lui. Et pendant que les trois individus étaient sous le choc de voir qu'un petit eniripsa se préparait pour les combattre eux trois en même temps, il en profita pour dégager une fumée blanchâtre. On ne voyait plus le petit individu, le iop écarquilla les yeux, le sadida couru vers la fumée en faisant raisonner le sol de ses gros pieds, le dernière individu resta figé sur le pont.
Tout en courant le poilue poussa un cri et dégagea lui aussi cette même lueur blanche qu'avait dégagé l'eniripsa. Quand il rentra dans la fumée on entendit un grand cri et on le vit projeté sur le pont, son bâton à la main avec deux énormes entailles sur le torse. C'était impressionnant de voir une personne de cette taille voler sur trois mètre de longueur.
Lorsque la fumée se dissipa, l'eniripsa était assis sur une grosse bête rose, cela se nommait une dragodinde. La monture poussait des cris stridents, jamais ses individus n'avaient vus une monture aussi menaçante et musclé.
Ils se demandaient même si c'était l'eniripsa ou la monture qui avait repoussé leur compagnon sadida. Mais en voyant le sang sur la baguette rose de l'eniripsa ils comprirent que ce n'était pas la dragodinde qui avait causée cela.

Le iop serra son épée de sa main et mit un énorme coup sur le sol, une énorme fissure se forma sur le pont jusqu'à atteindre l'eniripsa, une explosion se produisit sur le petit individu, des morceaux du pont volaient dans tous les sens, le iop refit une deuxième fois ce geste qui produisit de nouveau cette fissure suivit d'une nouvelle explosion.
La dragodinde poussa un cri mais l'eniripsa lui ne fit que se protéger avec son bras des débris qui arrivaient vers son visage, il restait inexpressif.

"-Immuuuuuuuuu !!" Cria le sadida au sol tout en se relevant difficilement. Son compagnon dirigea sa main vers lui, des gouttes apparurent alors au dessus du poilue puis disparurent. Maintenant c'était sûr, le troisième individu était un disciple feca, il fit apparaitre une sphère blanche dans sa main et la jeta au sol devant l'eniripsa. Cette sphère se déploya et forma une énorme plaque blanche sous les pieds du petit personnage. D'énorme flammes se dégagèrent de la plaque blanche, cramant à la fois la dragodinde et l'eniripsa. La dragodinde elle ne subit rien, sa peau était robuste, la flamme n'était pas assez puissante pour lui causer des dommages. Mais le nain qui se trouvait sur la dragodinde lui se fit bruler les jambes, le bas du ventre et les bras. Et pourtant il continuait de rester inexpressif et de respirer.

Il tendit son bras vers le iop, une lueur jaune s'échappa du sol tout autour du iop, puis la dragodinde sur laquelle il se trouvait avança d'un pas, l'eniripsa donna un grand coup dans l'air de nouveau en direction du iop, un sifflement se fit entendre, on pouvait même voir le déplacement de l'air qui formait un grand trait jusqu'au disciple iop. Une entaille allant de la poitrine jusqu'à l'épaule apparu sur le brigand sans pupilles. Du sang gicla sur le bois du pont. Le iop poussa un cri de douleur et de haine. Une fois ceci fait l'eniripsa recula pour sortir de la plaque blanche qu'avait lancé le feca, plus communément appelé glyphe enflammée. L'eniripsa se trouvait maintenant devant le pont, sur la terre, il ne risquait plus de tomber dans la rivière. Il fit un cercle avec sa main gauche qui ne tenait pas la baguette et une lueur blanche et orange en forme de rond apparu autour de lui et de la dragodinde. Cela formait un grand cercle, mais ce cercle n'atteignait pas les brigands. La dragodindes était de nouveau lisse et reluisante comme lorsqu'elle avait apparu et les blessures de l'eniripsa s'atténuèrent un peu.
La dragodinde poussa de nouveau un cri strident, cette fois ci de satisfaction.

Le sadida couru tout en lançant des injures, il était pris d'une colère digne d'un iop, une fois arrivé à deux mètres de l'eniripsa il dirigea ses mains vers le petit individu. Des plantes vertes sortirent du sol tout autour de l'eni, elle montèrent jusqu'à arriver au dessus de lui puis retombèrent pour se planter sur le nain et la dragodinde. L'eniripsa trancha de sa baguette une partie des plantes, le reste se planta sur son bras gauche. Mais ce n'était pas finit, le poilue tendit de nouveau son bras et une ronce sortit du sol, elle était doté de pics, elle se planta dans les jambes de la dragodinde, la monture fléchit ses pattes et poussa un cri de douleur.
Le sadida ris de bon cœur voyant la dragodinde souffrir. Il resta là à regarder l'eniripsa et la dragodinde se dégager de ses plantes piquantes.

Le iop tenta de bouger, mais il était fixé au sol, l'eniripsa avant de reculer lui avait lancé un sort d'immobilisation, bien que l'individu était doté d'une grande force il ne pouvait décoller ses pieds du sol. Il joignit alors ses mains pour former un signe étrange et il disparu dans une lueur verte. Il réapparut devant le petit individu qui avait enfin réussi à se débarrasser des plantes. Il mit un grand coup d'épée horizontal pour couper la tête de l'eniripsa, mais le petit individu bougea pour esquiver et se pris le coup sur le torse. Le sang gicla sur le iop qui rigola tout comme son ami sadida le faisait.

Le feca lança de nouveau une sphère blanche sur le sol, cette fois ci la glyphe était plus grande, elle avait pour fonction d'immobiliser, elle empêchait l'eniripsa de bouger mais également le iop. Le jeune individu avait avancé jusqu'à être à côté de son compagnon poilue avant de lancer cette glyphe. Il fit apparaitre autour de lui un bouclier magique, ce bouclier disparu au bout de deux secondes, mais comme l'immunité il apparaitra au premier coups qu'on lui porteras.

L'eniripsa vit la lueur blanche de la glyphe s'échapper du sol, la lumière s'enroulait autour des pattes de la dragodindes mais également autour des jambes du iop. La dragodinde força pour se déplacer elle réussi à faire un pas, le iop tenta de la retenir avec son bras mais il n'y parvint pas. La monture luttait contre le sort. Une fois décalé l'eniripsa mit deux grands coups vif en direction du feca. Ce même son sifflant qui avait touché le iop arriva par deux fois sur le feca. Le premier traversa le bouclier qui apparu pour faire une entaille vertical sur la poitrine du feca. Il était évident que vu la différence de taille de la blessure entre celle du iop et celle du feca le bouclier avait réduit la puissance de frappe. Mais le deuxième coups détruisit complètement le bouclier et coupa net dans une flamme destructrice la tête du feca, qui roula sur le pont et tomba dans l'eau. Le corps lui s'écroula sur le sol. Un flot de sang s'échappa du corps sans tête, le pont était maintenant quasiment entièrement rouge. La glyphe disparu et l'eniripsa en profita pour reculer le plus loin possible du iop.

Le sadida, fou de rage lança plusieurs ronces, la dragodinde poussa de nouveau un cri strident. Les ronces se plantèrent de toute part dans l'eniripsa qui fit une grimace de douleur. Une fois ses ronces lancés le sadida couru vers l'eniripsa.

Quasiment au même moment le iop tenta de bouger mais ne pouvait toujours pas, il était immobilisé par le sort de l'eni. Il disparu de la même manière que tout à l'heure pour réapparaitre à côté de l'eniripsa. Il poussa un cri grave, qui aurait fait peur au plus fort des guerriers et coupa net le bras du petit individu sur sa dragodinde. La baguette tomba avec le bras sur le sol. Des morceaux de chaire pendouillaient au bout de l'épaule. Un flot de sang se répandait sur le sol.

Le nain réagit très rapidement, avant que le sadi n'est pus arriver au corps à corps et que le iop ne lui mette un deuxième coups il fit apparaitre à l'aide de sa main gauche une poussière lumineuse qui le recouvrit, sa dragodinde, aussitôt que la baguette tomba, la ramassa avec sa bouche et la redonna à son maitre qui la pris, après avoir lancé son sort ,de la main qu'il lui restait. Il lança par la pensée un sortilège qui poussa d'un mètre le iop. Puis il lui mit un coup de baguette horizontal qui lui découpa le bas du ventre. L'individu tomba sur le sol, allongé sur le ventre à la fois dans le sang de l'eniripsa, de son ami feca et de lui-même.

Quand le sadida arriva à au corps à corps il mit deux violents coups de bâton, mais les coups firent arrêter par cette poussière étrange qui réapparu, l'arme du sadida n'avait même pas éfleuré son adversaire. L'eniripsa riposta d'un coup en diagonal sur le ventre du sadida qui s'écroula dans un cris de douleur sur le sol, tout comme son ami iop. Sa fourrure était recouverte de sang. Mais il était toujours vivant et il dit:
"- Soit... M.. mau.maudit. De.... tou.. te ... te... façon... tu... va .. mourir !
- C'est ce que tu crois imbécile ?" Répliqua l'eniripsa sûr de lui.
Le petit individu rangea sa baguette dans son pantalon, laissant dépasser le manche, puis il leva sa main gauche en l'air, la seul main qu'il lui restait en faite. Des fleurs tournèrent autour de lui. Au fur à mesure qu'elles tournaient l'intégralité des blessures se refermaient, les ronces encore plantées dans le corps se détruisaient, les brulures laissaient place à une peau lisse. Le bras sur le sol vola et vint se recoler au reste du corps. Au bout de cinq secondes il n'y avait même plus de cicatrice. Même les habits se réparaient. La dragodinde elle aussi était comme neuf.

L'eniripsa sourit en regardant à tour de rôle le iop et le sadida.

_________________


Dernière édition par Kaneda le Jeu 30 Avr - 19:58, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fires.forumonline.biz
Kaneda
Bras droit
avatar

Nombre de messages : 1070
Age : 24
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: L'eniripsa solitaire   Lun 21 Avr - 21:27

((J'ai pas encore finit l'histoire lol))


Chapitre III: L'identité

Le petit eniripsa venait de battre trois individu en même temps et était désormais intact grâce à son ultime sort, le sort qui soigne n'importe quel blessure hormis la mort. Le sort qui reconstitue la chaire, le tissu, la peau, le métal.
Le petit personnage regarda les deux individus, en tant qu'eniripsa il arrivait à savoir si une personne était morte ou vivante, et à en juger par ses yeux qui passaient du sadida au iop, il leur restait un semblant de vie. Leurs vies tenait au bout d'un fil, ils n'allaient pas tarder à mourir. L'eniripsa aurait pu les sauver si il l'avait voulu, mais il ne fit rien. Il regarda la vie s'échapper de leur corps. Si ils avaient de la chance peut être que l'un deux réussirai à se réincarner en fantôme, mais il faudrait alors qu'il réussisse à trouver une statue du phœnix qui puisse lui recréer son corps et toutes ses possessions acquises pendant son existence. Peu de gens avaient la chance d'être réincarné en fantôme, certains philosophes amakniens avait fait des hypothèses sur le choix du destin par rapport à cette réincarnation, mais la plupart des gens pensaient que c'était soit un choix des Dieux, soit un simple hasard.



Alors que l'eniripsa ne s'y attendait pas le sadida forma de ses mains un signe, il plaça ses mains pour faire en sorte de former un rond, se symbole servait à entrer en contact par la pensée avec les membres de la guilde dont la personne forme ce signe. Cela signifiait non seulement que le poilue possédait une guilde, mais également qu'il leur disait quelque chose avant de mourir. Peut être leur a t il demander de le venger, pensa l'eniripsa.
Le petit individu devint orgueilleux, il n'avait peur de personne, et pour le prouver alors que le sadida était en contact avec les siens il déclina son identité.

"- Je suis Kaneda, l'eni solitaire qui a malgré tout une guilde, si tes amis désirent se venger ils sauront où me trouver en se renseignant auprès de n'importe qui étant membre de la Guilde Fires. Je réduirait en poussières les personne venant se venger de la mort de misérables roublards. Si ils se mettent en travers de mon chemin ils subiront le même sort que toi. Si ils sont trop nombreux pour moi il se heurteront face à la cité de Brakmar et aux plus forts de ce monde, dont je fait partit. De toute façon je serais bientôt l'égal d'un Dieu, j'aurais tout les Dofus ! Tu m'entend ! Je les aurez tous !!"

Le sadida tenta de parler mais il ne sortit de sa bouche que quelques gargouillis. Kaneda repris alors son discours sur un ton plus posé.
"- Maintenant laisse moi t'expliquer les erreurs que vous avez faite.
Tout d'abord tu as était complètement idiot de te lancer dans la fumée, tu ne pouvais pas savoir quel stratagème j'utilisais à l'intérieur, en réalité je ne faisais que monter sur ma dragodinde, mais j'aurais très bien pu user d'une ruse pire que les coups de baguette que je t'ai infligé.
Deuxièmement si tu avais réfléchis un peu tu aurais utilisé ta ronce insolente pour ôter de moi les différents sortilèges que j'avais placé sur moi, comme ma maitrise des baguettes, mais également mon mot de régénération. N'as tu pas remarqué que toutes les deux minutes mes blessures se réparaient légèrement, bien sûr que non tu n'est pas assez attentif. Si tu avais su quel attaque utiliser tu n'aurais peut être pas été vaincu aussi vite.
Pour finir en voyant quelqu'un vêtu d'équipements fait à base de ressources du Chêne mou vous auriez dû vous pousser de mon chemin, ou alors n'avez pas remarqué que j'étais habillé en chêne mou. Il n'y a que ce bois qui dégage cette odeur, cette aura et qui a cette couleur.
Vous n'êtes pas des guerriers expérimentés mais des voleurs qui au fil du temps ont réussi à devenir assez fort, mais faible comparé à moi."

Kaneda fit une pause, le iop tentait de ramper mais il n'y arrivait même pas. Pourtant le sort d'immobilisation ne faisait plus effet. C'était donc la douleur et la fatigue qui l'empêchait de se déplacer. Est ce que cela est possible que ce iop survive ? se demanda l'eniripsa. Il chassa de son esprit les hypothèse de survies des individus et reprit son monologue:

"Reconnaissaient vous ce nom, K-é-n-é-da, ou K-a-n-é-d-a. Vous pouvez le prononcez de deux manières différentes, peu m'importe. L'important est que vous sachiez qui je suis, si par miracle vous venez à survivre ou à être réincarné en fantôme vous pourrez me retrouver et tenter, j'ai bien dit tenter, de vous venger. Sa me ferais un peu de distraction.
Si vous ne connaissez pas mon nom je vais vous éclairer, je suis l'eniripsa qui il y a fort longtemps à vaincu seul le Wa wabbit, ce célèbre roi Wabbit reignant sur l'ile Wabbit, et oui je l'est belle et bien battu. J'ai même obtenu de lui un Dofus, je me demande toujours d'où il vient."

L'eniripsa tendit son bras et montra la paume de sa main, dans une lueur blanche et une fumée orange un dofus apparut. C'était un œuf orange, il y avait un jeu de couleur sur le orange, un orange foncé à certains endroits et un orange plus clair à d'autres endroits. Il dégageait une lueur, c'était belle et bien un dofus. Mais ce qui était étrange c'est que dans les dofus de la légende aucun n'était décrit comme tel. Une erreur dans les récits ou bien un nouveau dofus inconnu ?
Lorsqu'il fit apparaitre le dofus le sadida tendit la main, il essayait malgré son état de prendre le dofus. Cela fit rire l'eniripsa qui le fit aussitôt disparaitre.

"- Tu semble toi aussi, voleur, vouloir les dofus.
Pour continuer sur moi, sache que je suis celui qui a battu en face à face un pandore se trouvant sur l'ile pandawa. Celui ci m'avait attaqué, c'est étrange car d'habitude les pandore ne sont pas agressif. Bref, ce jour là j'ai fait un combat de plus d'une heure et j'ai finit par le vaincre. Je n'ai aucune preuve de ce que je dit là, seulement des témoins et des rumeurs qui circulent sur cet exploit.

Mais j'ai également d'autres dofus, pourquoi crois tu que je te dit que je suis si proche d'avoir l'intégralité des dofus. L'un me donne une plus grande mobilité, un autre me procure par moments cette puissance dévastatrice inhabituelle, cette puissance qui survient par moments par on ne sait quel miracle sur un sortilège ou une attaque. Les gens appellent sa un coup critique. Un autre de mes dofus me permet d'avoir une meilleur vision de ce qui tombe d'un adversaire lorsque je le tue, celui ci te serait bien utile. Il y en a même un qui me permet de causer plus de dégâts avec ma baguette, encore un autre qui optimise ma rapidité. Le dofus livré par le Wa wabbit lui même, nommé dofus cawotte, me permet de mieux comprendre les combats, d'être plus posé même. Il modifie en faite légèrement mon caractère. Un que j'ai dérobé à trois roublard dans votre genre, mais beaucoup plus forts me permet d'être plus résistant. J'en ai largement plus de six et pourtant je ne me sens pas aussi fort que les Dieux, je connais la raison. L'un des six dofus de la légende ne doit pas être en ma possession.

Je possède le dofus ébène, son pouvoir est incroyable, c'est le plus formidable de tous, j'ai même peur de te le montrer car on pourrait me le dérober. Mais je peut te dire, toi qui est au bord de la mort, son effet.
Je ne connaissais au début pas son pouvoir, je pensais même par moments que c'était un faux, mais un jour alors que je me promenais sur l'ile d'otomai je suis tombé sur un monstre qui avait sur le bord de la plage mangé les différentes bestioles qui y vivait. C'était sans aucun doute une créature marine, mais sa taille dépassait de loin celle du chêne mou. Elle était en vérité plus de vingt fois plus gros que lui. Il possédait quatre tentacules. L'une tenta de m'avaler, je l'esquiva, l'autre me jeta une mixture noire, je réussi également à l'esquiver. Mais la troisième m'écrasa, elle me réduit en bouilli je crois. La bête me croyant mort à tout jamais s'en alla, elle n'avait pas remarqué la magie des dofus tout autour de ma dépouille, sinon je ne les possèderaient pas aujourd'hui, ou alors c'est ce dofus ébène qui a repoussé la bête. Je ne peut savoir ce qui c'est passé, j'étais mort.
Lorsque je me réveilla j'étais pourtant intact, même un mot de reconstitution n'aurait pas pu me soigner, je ne vivais plus ! Je le sais car j'avais eu la chance de me réincarner en fantôme, c'était étrange, je me sentait vide, faible. Mais alors que je volais à la recherche d'une statue du phœnix mon esprit disparu dans mon corps originel qui lui était intact alors qu'il aurait dû être de la bouilli.
J'espère que tu est encore assez conscient pour comprendre sa, sadida, au pire j'ai toujours l'attention du disciple iop.
Bref, après avoir était ressuscitait j'ai tout de suite regardait mes dofus, j'avais peur que cette bête est réussi à prendre mes dofus. Ils étaient tous là, sauf un dont il n'y avait que la moitié. Le dofus ébène. J'ai cherché des heures sur la plage l'autre morceau, je ne l'est pas trouvé. J'ai donc pensé que sa devait vraiment être un faux.

Ce n'est que deux mois plus tard quand il se reconstitua lui même que je compris qu'il avait un pouvoir incroyable, je compris même ce pouvoir. Lors de la mort ce dofus ramène à la vie, repousse surement l'ennemi et se brise. Le fait qu'il soit brisé, par simple déduction logique, signifie que son pouvoir s'est estompé. Il met donc exactement deux mois à se reformer.
Je peut donc mourir tout les deux mois, n'est ce pas comique ? Ah ah ah !"

Le sadida et le iop n'avaient cessés de regarder l'eniripsa pendant son récit, c'était l'une des dernières choses qu'ils allaient entendre avant leur mort. L'histoire d'un dofus incroyable redonnant la vie, d'un eniripsa possédant quasiment tout les dofus. Une personne contre qui ils n'avaient pas la moindre chance: Kaneda le tueur de pandore, Kaneda qui a vaincu le wa wabbit, Kaneda le possesseur des dofus.

Il reprit de plus belle en regardant les deux individus qui étaient maintenant quasi mort.
"Sachez que lors de notre combat je n'est lancé que deux sorts de soin, un au début comme je vous l'avez dit, le mot de régénération et un autre à la fin pour me soigner de ces blessures. Vous savez comme tout le monde que le talent des eniripsas est de se soigner, bien sûr certains comme moi peuvent taper plus fort que des iops."
Il regarda le sadida dans les yeux, lui fit un sourire machiavélique et lui dit:
"- Je ne me battait pas sérieusement."

Après cette phrase sa dragodinde disparu dans une fumée blanche et l'eniripsa en profita pour trancher la tête du sadida. Celle ci roula par terre. Quand le iop vit ceci il tenta de fuir en se jetant dans la rivière mais Kaneda arriva au dessus de lui et planta le bout de sa baguette dans la tête du disciple iop, sa cervelle fut répandu par terre...

L'eniripsa rangea alors sa baguette, en ayant pris le soin avant de l'essuyer. Il traversa le pont en sautillant tout heureux puis se mit à courir dans les plaine, dans les champs, en direction apparemment d'un endroit bien précis.

_________________


Dernière édition par Kaneda le Jeu 30 Avr - 20:22, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fires.forumonline.biz
Kaneda
Bras droit
avatar

Nombre de messages : 1070
Age : 24
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: L'eniripsa solitaire   Mar 22 Avr - 11:56

Chapitre IV: L'inconnu

Kaneda arriva dans le village d'amakna et s'arrêta, il avait entendu du bruit sur les toits des maison se trouvant tout autour de lui. Il scruta les rues, les maisons, les toits, mais il ne vit rien d'autre que les édifices présents dans le village et n'entendit rien d'autre que le vent. Etait-ce le fruit de son imagination ou bien y avait t-il réellement quelqu'un qui l'observait. Cette sensation étrange d'être regardé était désagréable, l'eniripsa en avait froid dans le dos. Sa paraissait ridicule, il venait d'exterminer trois brigands et il était mal à l'aise dans un petit village, en pleine journée. Mais le petit individu n'était pas fou, il ne s'était pas trompé. Il entendit un sifflement et aussitôt une explosion se produisit à l'endroit même où se trouvait Kaneda. Le petit corps de l'eni vola pour s'écraser trois mètre plus loin dans l'herbe. L'agresseur n'en avait pas finit, il voulait apparemment empêcher l'eniripsa de réagir en le bombardant d'attaque plus dévastatrice les unes que les autres.
Alors que kaneda se relevait plusieurs sifflements retentirent et plusieurs explosions se firent sur leni qui retomba au sol. De nouveaux ces sifflements se firent entendre, mais cette fois ci ce n'était pas des explosions mais une pluie d'épines qui arrivèrent vers kaneda, celui ci qui se trouvait allongé sur le dos eu le réflex de rouler sur le côté pour éviter les aiguilles. Mais aussitôt esquiva t -il ces attaques que de nouvelles arrivèrent, Kaneda pu remarquer qu'elles venaient bien des toits, il voyait une ombre se déplacer très rapidement la haut, il ne pu réfléchir à sa plus longtemps car il devait esquiver cette nouvelle pluie d'aiguilles. Il fit une roulade en avant et couru.
La silhouette noire réapparu sur un toits et lança plusieurs aiguilles, cette fois ci plus grosse que les précédentes, au bout se trouvait un embout orange.
Kaneda comprit alors que ce n'était pas des aiguilles mais des flèches, l'individu qui l'agressait était donc un disciple crâ vu la manière avec laquelle il maniait ses projectiles.
Une fois les flèches à embout ayant atteintes le sol elles explosèrent, faisant voler des gravats de sol. L'eniripsa fut de nouveau projeté dans l'herbe, au même endroit que tout à l'heure.
Une pluie de flèches arriva de nouveaux, cette fois ci il y en avait trop, c'était impossible de les esquiver. Kaneda leva sa main gauche en l'air et une poussière lumineuse le recouvrit, cette même poussière qui avait stoppé les coups du Sadida il y a peut de temps.
Les flèches se brisèrent tout sur ce bouclier de poussières lumineuse. Mais l'agresseur ne renonça pas, il envoya sans s'arrêter pendant deux minutes de grosses flèche jaunes sur l'eniripsa, les flèches étaient arrêtés par le bouclier et pourtant Kaneda reculait sous la puissance de cette attaque. Il était désormais poussé contre le mur par les flèches jaunes lancé du haut du toit. Kaneda profita de son bouclier pour déployer des ailes magiques, des aile faites de vapeur, de brouillard et pourtant on pouvait très nettement les distinguer. Elles étaient énormes, rouges avec des pics de toute part, ornées de noire. Le petit individu sortir en vitesse de sa bourse un parchemin vert et récita une incantation dans la langue des démons. L'eniripsa disparu, et quand le bouclier céda on vit quelques gouttes de sang tomber de nul part devant le mur. Puis le vide total. Le reste des flèches s'abattirent sur le mur de brique.

Kaneda était en réalité invisible. Et dés que l'inconnu agresseur le remarqua il déploya aussi ses ailes, elle étaient quasi identique à celle de l'eniripsa, il sortit le même papier vert et dit la même incantation.
On se retrouvait donc à présent avec deux adversaires étant tout d'eux invisibles. Le premier qui fera un mouvement trop brusque, frappera ou utilisera un sortilège cassera son invisibilité. De même pour le deuxième si il frappe, utilise un sortilège ou fait un mouvement trop brusque.
Kaneda qui avait une soif de combat cherchait son agresseur, si il l'avait attaqué comme sa c'est qu'il voulait quelque chose et il ne partirait sans doute pas sans avoir cette chose, il fallait donc l'éliminer. Voilà le raisonnement actuel de Kaneda.

Cela devait bien faire vingt minutes que kaneda cherchait dans les alentours l'étrange individu. Lorsqu'il arriva dans une ruelle entre deux maisons il s'arrêta. Il sentait une présence, et pourtant il fallait bien qu'il rentre dans cette ruelle. Il marcha donc doucement, faisant le moins de bruit possible. Mais arrivé au milieu de la ruelle il déclencha un piège, un simple filet de pécheur installé par l'agresseur pour que quiconque passe se fasse soulever dans ce vulgaire filet. En étant soulevé cela créait alors un mouvement brusque et l'invisibilité du parchemin disparu.
Kaneda coupa ce vulgaire filet avec sa baguette et retomba au sol.

En se relevant il vit une créature plus petite que lui au bout de la ruelle, elle avait dans ses mains un arc. L'eniripsa était bien trop loin pour l'atteindre avec sa baguette et ne pensait de toute façon pas que son agresseur faisait cette taille. La silhouette qu'il avait vu était bien plus grande.
Il se mit tout de même à courir vers la créature pour la tuer mais la créature tira alors une pluie de flèches jaunes qui fit reculer Kaneda. Il n'y avait pas autant de flèches que tout à l'heure, leur puissance était deux fois voir trois fois inférieur, mais elles empêchaient tout de même de bouger.
L'eniripsa fut surpris d'entendre une voix grave derrière lui, de l'autre côté de la ruelle:
"-Je suis là !"
Il se retourna tant bien que mal et vit une personne encapuchonné avec un arc à la main. Il tira de nombreuses flèche, mais celles ci n'étaient pas faites pour faire reculer contrairement à celles de la créature de l'autre côté de la ruelle. Celles ci était faites pour blesser, pour tuer. Le mouvement de la main de l'individu sur la corde était d'une telle rapidité qu'on ne voyait plus le bras. Une quantité hallucinantes de flèches vinrent se planter dans Kaneda qui grimaça. Bientôt il ne serait plus qu'une boule piquante. Il avait mis son bras devant ses yeux pour pas qu'ils se crèvent.
Les flèches derrière lui le pousser vers le crâ mais ce crâ lançait parmi une dizaine de ses flèches deux ou trois jaune qui servaient à pousser. Étant plus puissant que la créature les forces se compensaient et l'eniripsa était bloqué au milieu à recevoir des flèches. On voyait à présent du sang dégoulinait du corps de Kaneda.
C'était sûr maintenant, c'était la fin de kaneda, c'est en tout cas ce que se disait la personne encapuchonné et l'eniripsa lui même.

Kaneda revis avant la mort les étapes de sa vie, bien qu'il savait que le dofus ébène allait le sauver, il n'était pas sûr à cent pour cent de ses hypothèses sur son dofus et la mort l'inquiétait.

Il se revit devant le Wa wabbit, voulant le tuer, celui ci le suppliait de l'épargner et finit par faire apparaitre dans ses mains un dofus, qu'il offrirait à l'eniripsa si il lui laissait la vie. Dans le cas contraire il lui expliqua qu'il avait lancé un sortilège de possession à son dofus, et que si il venait à mourir le dofus disparaitrai dans la demeure d'un de ses amis wabbit, et qu'il mettrait des années à le retrouver.
Sans aucune hésitation Kaneda avait choisis de prendre le dofus et d'épargner le Wa wabbit. Il avait était loyal en tenant sa promesse de lui laissait la vie.

Il se voyait à présent devant le sheunk, cette créature mythique accompagné de ses disciples sadidette. Il étaient huit à les combattre, et par chance c'est lui qui acheva le Sheunk, c'est donc lui qui hérita de son dofus Kalyptus. Étant très soudé avec les personnes de sa guilde ils ne tentèrent pas de lui prendre, sachant en plus que ce dofus ne faisait pas partit des six dofus de la légende, ils n'avaient donc aucune raison de lui voler.

Kaneda se voyait devant la dépouille du chêne mou, ses sept compagnons prenaient ses écorces, ses racines, ses ambres. Mais Kaneda lui vit une lueur tout au fond du corps du Chêne mou. Une lueur qu'il remarqua grâce à son dofus kalyptus. Pourtant le corps de l'arbre n'était pas entièrement ouvert. Lorsqu'il ne restait que le bois pourri sa guilde s'en alla en lui faisant signe de venir.
Mais l'eniripsa dit qu'il voulait rester un peu seul.
Une fois tout le monde partit il éclata en de nombreux morceaux le vulgaire bois qu'il restait du Chêne mou. En son cœur se trouvait le Dofus Turquoise, qui permet l'augmentation des coups critiques des attaques et sorts de la personne le possédant.

Kaneda se vit maintenant dans le sanctuaire des dragoeuf, seul se faisant quelque dragoeufs jusqu'à ce qu'il se fasse attaquer par deux énormes dragons. Ils se prit leur attaques et failli mourir, il croyait en faite mourir mais la chose la plus insensé qu'on puisse imaginer se produisit.
Les deux dragoeufs s'entretuèrent, il y avait apparemment une femelle et un mâle. A la fin de leur combat les deux n'étaient que des cadavres sur le sol.
L'eniripsa vit alors le dragoeuf mâle cracher un dofus, le dofus Vulbis qui donne une facilité à se déplacer qui est impressionnante. Ce dragon se nommait en faite Grozilla, il semait la terreur dans le sanctuaire avec sa conjointe depuis fort longtemps.

Kaneda se vit à présent devant...
Son esprit se réveilla, il se retrouva entre les deux lignes de flèches mais son corps se soulevait du sol. Quelqu'un se trouvant dans les airs le soulevait, le crâ et la créature continuaient de lui tirer dessus. Mais quelques secondes après il n'était plus atteignable par les flèches.
Il se trouvaient suspendu dans les airs à une grande altitude.

_________________


Dernière édition par Kaneda le Jeu 30 Avr - 20:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fires.forumonline.biz
Kaneda
Bras droit
avatar

Nombre de messages : 1070
Age : 24
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: L'eniripsa solitaire   Mar 22 Avr - 13:14

Chapitre V: Une brigandine

Kaneda était dans les airs, sur son côté face qui correspond à son ventre, ses tibias, ses cuisses, le devant de ses bras, son visage, hormis les yeux qu'il a protégé de son bras gauche, il était recouvert de flèches. De l'autre côté il avait brulé à force de recevoir des flèches jaune, nommé flèche de recul chez les crâs. Mais chez cette créature elles ne portaient peut être pas le même nom.
L'eniripsa retira son bras de devant ses yeux, mais il ne pouvait pas voir son corps car les flèches tout autour de ses deux yeux ne lui permettait que de voir l'horizon. Et à la hauteur à laquelle il se trouvait on ne voyait pas grand chose à pars le ciel.
Il hésita à utiliser un mot de de reconstitution maintenant. Le mot de reconstitution aurait cassé les flèches mais également la corde qui le soulevait, si c'était bien une corde. Ce sort marche d'une manière bien précise, lorsqu'on l'utilise il remet à l'état qu'on avait avant d'être blessé, dans le cas où c'est une corde accroché à quelque chose qui vole qui le soutienne en l'air alors la corde serait brisé et Kaneda tomberait jusqu'à s'écraser sur le sol.
Alors qu'il réfléchissait quelque chose auquel il ne s'attendait pas se produisit. Il s'évanouit. Même pour un eni de tels blessures étaient douloureuse et très difficile à supporter.

A son réveil kaneda était dans un lit, il n'y avait plus de flèches plantés sur lui mais les blessures étaient toujours là. Il était entièrement dévisagé. Seul ses yeux n'étaient pas blessés. Il en profita pour regarder l'endroit où il se trouvait. C'était une petite maison en bois, tout ce qu'il y a de plus normal avec une escalier qui montait à un étage qu'il ne pouvait voir de là où il était.
Une fenêtre était ouverte et il sentait le vent taper sur son visage, cela lui faisait mal et il fit une légère grimace. Le plus grave dans ses blessures était que ses ailes avaient complètement étaient détruite par les flèches.
Lorsque kaneda se tourna sur le côté il vit juste à côté une femme. Elle fut surprise de le voir encore bouger. Elle avait un casque et une étrange cape.

"- Pourquoi m'avez vous sauvé ? Demanda Kaneda.
- Pourquoi ne l'aurais je pas fait ? Rétorqua la femme.
- Qui êtes vous ?
- C'est plutôt à moi de te poser cette question, tu est un disciple xelor ? Répondit t-elle.
- Moi ?! Pas le moins du monde et je vais te prouver ce que j'avance là."

Kaneda leva difficilement son bras gauche, des fleurs se mirent à tourner tout autour de lui dans un halo de lumière. Les blessures se refermèrent toutes et les ailes de l'eniripsa repoussèrent. Ses habits et sa panoplie Chêne mou se réparèrent.
"- Je suis fatigué cela fait deux fois que j'utilise à court intervalle ce sortilège. Annonça Kaneda.
- Tu est donc un eniripsa. Dit la jeune femme."
Elle se leva et s'allongea à côté de Kaneda. L'eniripsa resta figé, il ne comprenait pas pourquoi elle faisait sa. Elle l'avait sauvé, elle avait retiré les flèches et maintenant elle s'allongeait à côté de lui.

"- Pourquoi vous allongez vous à côté de moi... Demanda t-il.
- Parce que je remarque seulement maintenant votre beauté. Répondit elle en le regardant dans les yeux.
- Pourquoi avez vous sauvé un inconnu ? je ne comprend toujours pas.
- Si je te répond je devrais en même temps révéler mon identité.
- Faites le je ne le répèterai pas. Insista t-il.
- Répond d'abord à ma question, comment t'est tu attiré l'hostilité de quelqu'un contrôlant un dopeul.
- Contrô..Contrôler un dopeul ! Cela est possible !? S'exclama Kaneda.
- Oui, les plus forts de ce monde, seulement une petite poignée de gens ont réussis à trouver le moyen de contrôler un dopeul identique à un disciple de leur classe. Ce disciple crâ a donc contrôlé un dopeul crâ pour te bloquer dans cette ruelle. Mais répond à ma question, comment t'est tu attiré son hostilité ?
- Je ne sais pas, alors que je traversais le village il m'a attaqué de ses flèches, je ne pouvait pas fuir, et ce n'est pas dans mes habitudes, j'ai décidé de le combattre et il ma eu avec ce vulgaire piège.
- Pense tu vraiment qu'il t'est attaqué pour rien, ton histoire est louche ! S'exclama la jeune femme.
- Il y a peut être une raison mais je ne peut te la révéler...
- Pourquoi donc ?! S'interrogea t-elle.
- Car je n'ai raconté qu'une fois cette histoire et c'était aujourd'hui. Et voilà ce qui se passe à présent, un crâ maitrisant un dopeul veut ma mort.
- Quel peut bien être ton secret pour qu'il t'attire de tels problèmes ?
- Une possession qui attire les aventuriers.
- Pourquoi ne pas t'en débarrasser alors ! S'exclama t-elle de nouveau.
- Non ! Jamais je ne ferais sa. Il attire pour une raison et c'est pour cette raison que je les ais ! Rétorqua t-il aussitôt.
- Tu possède des dofus ? Demanda t-elle doucement.
- J'en ai déjà trop dit...
- Ne t'en fait pas je ne le répèterais pas et je ne suis pas attiré par ce genre de choses.
- Maintenant puis je savoir pourquoi vous m'avez sauver ? Demanda t-il.
- Je suis une brigandine si tu ne l'as pas encore remarqué, je fait partie du village des brigandins. Ce village est actuellement sous domination démon. Je me trouvais à côté de mon transport brigandin quand j'ai entendu des explosions. Quand je suis arrivé j'ai vu que c'était un combat de démons. Et selon moi les gens de la même cité ne doivent pas se battre. Je t'est sauvé toi car je n'aurais pas pu emporter le crâ qui était intact et tirait des flèches. Répondit la jeune femme.
- ATTTAAQUUUE ANGEEE !! S'exclama une voix grave venant de dehors.
- Je dois te laisser il faut défendre le village ! S'exclama t-elle en se levant du lit.
- En tant que démon je vais vous aider, puisque le village est sous domination démon."

Kaneda se leva également du lit et suivit la brigandine dehors. Il se trouvait à présent sur un édifice en bois construit en hauteur. Des machines étranges se dirigeaient toute vers un endroit apparemment bien précis. parmi eux quelques habitant du village couraient, notamment la brigandine ayant sauvé kaneda. L'eniripsa les suivis alors.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fires.forumonline.biz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'eniripsa solitaire   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'eniripsa solitaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Loup solitaire et souvenir de jeunesse
» Nouveau JDR : Loup Solitaire en Français
» Le combattant solitaire
» Solitaire Caesar
» Le slogan du chasseur solitaire !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Vie de la guilde :: Récits de fires-
Sauter vers: